Si le cinéma marocain m’était conté

Par Kenza Sefrioui (En attendant Nadeau)

C’est une œuvre majeure qui vient d’être arrachée à l’oubli. Dans La Septième Porte, œuvre d’érudition autant que conte, le poète, romancier et cinéaste Ahmed Bouanani (1938-2011) retrace quatre-vingts ans d’histoire du cinéma marocain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était le seul livre qu’Ahmed Bouanani avait souhaité publier, mais il est mort persuadé que son manuscrit avait été détruit dans l’incendie de sa maison. L’auteur du flamboyant L’Hôpital (publié chez Al Kalam en 1990 puis chez Verdier en 2012) s’était attelé dès les années 1960 à l’écriture d’une histoire du cinéma de son pays, « parce que personne ne l’avait fait ».