Jonathan Coe et Billy Wilder, ou la mélancolie joyeuse

Par

Avec « Billy Wilder et moi », l’écrivain britannique nous entraîne sur le tournage de « Fedora », avant-dernier film du réalisateur hollywoodien. L’occasion d’évoquer le parcours de ce dernier avec humour, élégance et gravité, tout en donnant une furieuse envie de retourner au cinéma. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On avait quitté Jonathan Coe en 2019 avec Le Cœur de l’Angleterre, un roman inquiet et désenchanté qui nous faisait retrouver, à l’ère contemporaine, les personnages des enthousiasmants Bienvenue au club et Le Cercle fermé, tableaux acérés de la société britannique des débuts du thatchérisme et du blairisme triomphant.