Magyd Cherfi: «L’émancipation intellectuelle qui apaisera, c’est le métissage»

Par et

Magyd Cherfi, dans Ma part de Gaulois (Actes Sud), revient sur son enfance de Français d’origine algérienne ne pouvant exister que par effraction. Pour Mediapart, il met les points sur les i.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a des symboles écrasants. Magyd Cherfi, avec Ma part de Gaulois, se voit hissé dans la première liste du prix Goncourt, en seul représentant des éditions Actes Sud – récipiendaires du Goncourt l’an dernier avec Boussole, de Mathias Énard, sans oublier le Nobel de littérature 2015 avec Svletana Alexievitch ! Mais il en faudrait plus pour terrasser ce natif (novembre 1962) du quartier, dit sensible, des Izards à Toulouse. Parents algériens, sept enfants, un lit pour trois dans sa fratrie…