Une journaliste du Washington Post raconte l'histoire des ouvriers licenciés par General Motors

Par Santiago Artozqui (En Attendant Nadeau)

Dans Janesville, la journaliste du Washington Post Amy Goldstein raconte avec humanité le quotidien de quelques familles d’ouvriers, pendant la crise économique de 2008, quand General Motors décide de fermer l’usine qui fait vivre cette petite ville du Wisconsin. Un travail documentaire au service d'une écriture remarquable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aux États-Unis, la crise de 2008 a eu un impact dévastateur sur la classe ouvrière, laquelle a brutalement vu disparaître un mode de vie qu’elle pensait immuable et s’est trouvée confrontée aux dures réalités du capitalisme tel qu’on le pratique outre-Atlantique. De nombreux articles, essais et autres thèses ont été consacrés au sujet, mais Janesville se distingue de la plupart de ces ouvrages en ce qu’il n’aborde pas le sujet d’un point de vue macroéconomique, mais s’intéresse plutôt aux destins de quelques particuliers, une trentaine d’habitants de Janesville, petite ville industrielle du Wisconsin où General Motors fabrique des Chevrolet depuis 1923.