L’héritage raciste de la colonisation de l’Algérie

Pour bien combattre le racisme, il faut en combattre les origines. Et l’une d’elles se trouve au fondement de la colonisation de l’Algérie par la France et continue de produire des effets soixante ans après la fin de la guerre. Mediapart en débat avec l’historienne Sylvie Thénault et le politiste Paul Max Morin.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Le 60e anniversaire des accords d’Évian, qui scellaient le 18 mars 1962 la fin de la guerre d’Algérie et ouvraient la voie à l’indépendance du pays après 132 ans d’oppression coloniale, survient dans une société française traversée par l’expression publique d’un racisme assumé et d’une nostalgie décomplexée pour la colonisation. 

Pour l’historienne Sylvie Thénault et le politiste Paul Max Morin, rien de surprenant dans un pays qui ne parvient toujours pas à regarder son passé en face, la question coloniale étant intimement liée au racisme. Mediapart a réuni le chercheur et la chercheuse dans l’émission « Écrire l’histoire France-Algérie ».

L’occasion de revenir également sur la politique mémorielle conduite par le président Emmanuel Macron, qui s’est fixé pour ambition de « réconcilier » les mémoires et s’est appuyé sur un rapport commandé à l’historien Benjamin Stora. Nos deux invité·es en dressent un bilan critique. 

« Quand vous êtes dans la répétition des discours, le symbolique s’use, et il s’use d’autant plus que les sens des discours ont été complètement divergents puisqu’on a dit à chacun ce qu’on pensait devoir lui dire », déplore Sylvie Thénault. 

« Le point aveugle reste la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, qui est une forme de réparation. Cela ne figure pas dans le rapport Stora, ni dans les discours du président, qui emploie très peu le mot “colonial”, très peu le mot “racisme” », pointe Paul Max Morin. 

  • Sylvie Thénault est historienne, directrice de recherches au CNRS, spécialiste de la colonisation de l’Algérie et de la guerre d’indépendance algérienne. Elle publie Les Ratonnades d’Alger, 1956 (Seuil), une histoire du racisme colonial, un livre qui nous plonge au cœur de la brutalité de la société coloniale en Algérie et retrace les violences racistes qui ont émaillé les obsèques d’Amédée Froger, un des leaders pieds-noirs, fervent défenseur de l’Algérie française, symbole du refus de toute évolution.
  • Paul Max Morin est chercheur au Cevipof-Sciences-Po Paris. Il vient de soutenir une thèse sur la mémoire qu’ont les jeunes Français de la colonisation et de la guerre en Algérie. Elle est déployée dans un livre, Les Jeunes et la guerre d’Algérie (Presses universitaires de France) et dans un podcast diffusé sur la plateforme Spotify : Sauce algérienne, « Un voyage dans la part algérienne de la France ».

Extraits de notre émission

Sylvie Thénault : Les sociétés coloniales sont des sociétés qui catégorisent et hiérarchisent très rigidement. La catégorisation de la société coloniale algérienne est tripartite : Européens, juifs et musulmans, pour employer les termes de l’époque. [...] Cette catégorisation, doublée d’une hiérarchisation, est vraiment l’un des moteurs de violence essentiels. 

Aujourd’hui, dans la culture politique française, l’héritage est là, dans la reproduction d’une vision de l’humanité en catégories rigidement construites, avec une hiérarchie, entre ceux promis à la stigmatisation, voire à la persécution si certains arrivent au pouvoir, et les autres, dont la domination semble naturelle et doit être défendue.

Documenter le racisme colonial a des vertus pédagogiques. Amédée Froger représentait cette minorité coloniale d’un million de Français [...] sur la défensive, qui ne peut se maintenir qu’à condition qu’on maintienne la majorité algérienne dans l’infériorisation permanente. C’est pour cela que c’est une société de la ségrégation, on dit « musulmans » et on ne dit pas « Algériens ».

Le lien avec aujourd’hui est évident. À l’époque même, Amédée Froger fait partie de ces gens qui se décrivent en danger sous la menace de la submersion démographique algérienne, qui favorisent le terrain idéologique à l’idée du « grand remplacement ». Les partisans de cette fausse théorie du « grand remplacement » d’aujourd’hui peuvent complètement avoir en tête cette société coloniale algérienne et reproduire cette mentalité de minorité coloniale sous la menace de la submersion démographique.

Paul Max Morin : L’idéologie coloniale qui a soutenu la colonisation et le colonialisme n’a pas été déconstruite en 1962. Cela n’a jamais fait l’objet d'un travail politique en termes de parole politique ou de politiques publiques qui feraient comprendre que ce système colonial a été soutenu par un imaginaire racial et raciste, et qu’il doit être déconstruit pour passer dans le monde des indépendances, de l’égalité. 

Cette idéologie reste active dans une partie de la jeunesse minoritaire, principalement chez les jeunes qui se positionnent à l’extrême droite ou dans une partie de la droite. Ils vont déployer un discours en trois temps : refuser tout regard critique sur le passé car ils pensent que cela va disloquer la nation, stigmatiser les descendants d’immigrés associés de toute façon de manière uniforme aux Algériens, se placer aujourd’hui en tant que victimes de l’histoire, du « grand remplacement », du déclassement, dans une position d’assiégés physiquement et dans l’identité qui, du coup, justifie ce statut de victime, voire parfois le recours à la violence. 

Cela reste actif aussi, car les jeunes héritent de ces catégories fixes. Quand on est descendant d’Algériens, de juifs algériens, on va subir le racisme et l’antisémitisme, conséquences de cette histoire. Les Européens ne sont pas devenus racistes par nature. C’est en faisant l’esclavage et la colonisation que ces techniques de gouvernement, cette idéologie ont été inventées. 

Ces descendants doivent négocier une fluidité des identités, combattre le racisme, l’antisémitisme dont ils sont victimes ou parfois témoins dans leurs familles, quand ils sont dans des familles de pieds-noirs, par exemple, et qu’ils voient des grands-parents parler de manière négative des Algériens ou des descendants d’Algériens.

> Cette émission peut aussi s’écouter en version audio.

> Retrouvez ici notre dossier « Écrire l’histoire France-Algérie ».


À la Une de Mediapart

Exécutif
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Politique
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Cac 40
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Politique
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne