Marie Cosnay, la fille manquante du roi Lear

Par

Dans Cordelia la guerre, Marie Cosnay s’empare de Shakespeare, fracasse la tragédie, la sublime et la détourne, la transpose en zone frontalière avec affairistes se déchirant, et le peuple des nu-pieds en guest star. Chahutant et chavirant. Extrait en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toute sa vie, Orson Welles se rêva roi Lear. Version légendaire, il joua la pièce pour la première fois à l’âge de sept ans. À sa mort, en 1985, il tentait encore de boucler le financement de Lear. On ne le vit pourtant qu’à deux reprises dans le rôle, dont une poignée de représentations en chaise roulante et sous haute surveillance des agents du fisc. Et en 1953, dans un direct télévisé mis en scène par Peter Brook. Mais les producteurs avaient jugé l’intrigue shakespearienne bien trop compliquée, et sérieusement épuré : exit le duc de Gloucester et ses fils, Edgar le légitime comme Edmund le bâtard.