A Cannes. Miguel Gomes, notre bon génie

Par

C'est à la Quinzaine des réalisateurs qu'ont été présentés Les 1 001 Nuits, trois films de Miguel Gomes s'inspirant de Shéhérazade pour raconter la crise portugaise. Fiction, documentaire, turbans, lamas, coqs et pinsons. Une merveille de six heures où le cinéma se donne aussi sous son visage le plus ordinaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le renom planétaire de Tabou et les pourparlers menés par le vendeur n’ont pas suffi à convaincre Thierry Frémaux d’inviter en compétition Les 1 001 Nuits de Miguel Gomes. Il eût fallu pour cela réfléchir à la manière adéquate de présenter trois films de deux heures qui ne font foncièrement qu’un, tout en étant trois… Imaginez le casse-tête. L’effort, surhumain, eût nécessité de se poser des questions de programmation et non pas seulement de sélection. Or c'est un exercice auquel, on le sait, le délégué général et son équipe ne sont guère accoutumés.