Delépine et Kervern, héros du « Grand Soir »

Par

Benoît Delépine et Gustave Kervern ont présenté ce mardi à Cannes leur cinquième film, Le Grand Soir. Avec Benoît Poelvoorde dans le rôle du « plus vieux punk à chien d'Europe » et Albert Dupontel en vendeur de matelas. Il serait erroné de n'y voir qu'intention comique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Albert Dupontel qui, au milieu d'un champ, provoque un arbuste puis l'empoigne furieusement jusqu'à ce que tous deux roulent à terre. Le même qui implore en vain son patron de le réengager puis, le mettant en joue de son doigt nu, lance « Danse, pied tendre ! » avant de défourrailler en tous sens et de bruiter lui-même le règlement de comptes. Benoît Poelvoorde, treillis et crête iroquoise lissée à la bière 8.6, qui danse le pogo devant la vitre d'un restaurant : lui ne voit que son reflet, mais lorsque la caméra passe à l'intérieur, le spectateur découvre une table de convives assistant, hagards, au spectacle.