Piteuses économies à la Maison des écrivains

Ça n’a l’air de rien, une coupe de budget. Sauf qu'au passage on demande à la Maison des écrivains et de la littérature de renoncer à... la littérature. Ce fut une chaude discussion, mercredi 18 juin, entre un trio de conseillères ministérielles et la directrice du lieu, Sylvie Gouttebaron.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La scène se jouait mercredi, au Centre national du livre. Côté ministériel, Clarisse Mazoyer, énarque et conseillère d’Aurélie Filippetti en charge de la presse, du livre et de la lecture, Corinne Poulain, conseillère en charge de l’éducation artistique et culturelle, Marianne de Brunhoff, elle aussi conseillère en matière d’éducation artistique, mais au ministère du même nom. En face, Sylvie Gouttebaron, directrice de la Maison des écrivains et de la littérature (MEL) depuis neuf ans. L’atmosphère est un peu tendue. Pour ne pas dire intimidante. On comprend tout à fait la préoccupation d'Aurélie Filippetti d'assurer la transmission culturelle. Déjà qu'il y a un souci de transmission politique. D'un autre côté, si l'on tue l'un des rares lieux (d'accès gratuit) où la littérature s'affranchit du commerce et du bruit, n'est-ce pas regarder la courroie quand on montre la transmission ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal