Censure Bettencourt : une justice injuste

Par

Jamais dans l’histoire démocratique de la presse française des juges n’auront ordonné censure comme celle qui frappe aujourd’hui Mediapart. Si nous appliquons cette décision de justice, c’est pour mieux en démontrer et en combattre l’injustice

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Bettencourt est dans le domaine public depuis plus de trois ans. Elle a pour matériau premier les enregistrements réalisés par le majordome de la milliardaire, acceptés depuis comme preuves par la Cour de cassation. Les nombreux délits qu’ils ont permis de dévoiler leur donnent cette légitimité judiciaire, malgré l’infraction contre la vie privée dont ils sont le résultat. Leur auteur, Pascal Bonnefoy, n’en a tiré aucun profit et n’a cessé de proclamer – encore dans Vanity Fair de juillet – ses intentions désintéressées : « J’ai voulu savoir ce qui se tramait. Pour protéger Madame de ceux qui la manipulaient – et du même coup, me protéger moi-même. »