Que nous apprennent les émeutes urbaines à l'étranger?

Par

Que peuvent nous dire les événements de Ferguson l’an dernier, de Londres en 2013, de Los Angeles en 1992, sur ce qui s’est produit dans les banlieues françaises en 2005 ? Pas grand-chose, si l’on est en quête d’une comparaison terme à terme. Beaucoup, si on considère certains points, comme le rôle de la police ou la réponse de l'État et de la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Riots ou unrest ? Émeutes ou révoltes ? Les chercheurs français et anglo-saxons partagent une difficulté à désigner les événements qui se sont produits, ces dernières années, dans des quartiers populaires, et « impopulaires », de plusieurs grandes villes de part et d’autre de l’Atlantique ou de la Manche. « Si on considère qu’ils sont utiles politiquement, on parlera de rébellion, explique Donna Murch, de la Rutgers University du New Jersey. Si on trouve qu’ils sont destructeurs, on parlera d’émeutes, sous-entendant que ces phénomènes sont spontanés et sans logique. »