Dans l’enfer de la «datazone» du photographe Philippe Chancel

Par

Philippe Chancel documente, depuis 15 ans, les lieux des désastres, des absurdités et des vertiges de notre civilisation industrielle. Entretien et commentaire d’images.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Flint, Fukushima, Haïti, Astana, Dharavi, Marikana, Nigeria… Le photographe Philippe Chancel documente, depuis 15 ans, certains sites emblématiques des écueils mortifères de notre civilisation. Ce projet a donné lieu à une exposition présentée, cet été, aux Rencontres photographiques d’Arles, et à un livre sidérant publié aux éditions Photosynthèses, sous le titre Datazone.