Il y a 100 ans à Tours, la scission du socialisme français

Par

En décembre 1920, le congrès de Tours a acté la scission du parti socialiste français, dont la majorité rejoint alors la Troisième Internationale. L’unité s’est brisée sur l’expérience de la guerre et le rapport à la révolution bolchévique en Russie. Premier volet de notre série sur le PCF.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au matin du 25 décembre 1920, dans la salle du Manège de la ville de Tours, L’Internationale retentit. Jouée par un orchestre d’harmonie baptisé L’Avenir du peuple, elle est suivie par l’interprétation du Chant des ouvriers par un chœur d’enfants et signale l’ouverture du 18e congrès de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), le Parti socialiste unifié à grand-peine en 1905.