L’aube de la mondialisation: «Aux confins du soleil» de Bertrand Leclair

Par Cécile Dutheil (En attendant Nadeau)

Bertrand Leclair revient sur la vie et la mort de Jean-Baptiste Tavernier, marchand, orfèvre et écrivain, qui narra ses voyages jusqu’aux Indes : une histoire qui raconte « l’aube de la mondialisation servie sur un plateau oriental ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bertrand Leclair n’est pas un débutant. C’est même un écrivain rompu, mais un écrivain qui a gardé intact le goût de la littérature et celui des commencements, de ces premiers mots qui vous enlèvent. Son dernier roman permet d’en faire l’expérience : il emporte l’adhésion dès les premières lignes, au fil d’une méditation inaccoutumée sur les fantômes, ces êtres qui tremblent, mi-vivants mi-morts, peuplant nos vies et nos livres. Aux confins du soleil est pourtant loin d’évoluer parmi les spectres.