Le ballet de Nice et la chasse aux danseuses enceintes

Par

Éric Vu-An, directeur artistique du ballet de Nice, est accusé de gérer sa troupe avec un sentiment de toute-puissance. Une soliste s’estimant discriminée vient de porter plainte. Retour sur un système jusqu’ici toléré, sinon protégé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du balai ! Pour la quatrième fois en six ans, une danseuse ayant eu l’outrecuidance de mettre un enfant au monde est évincée. De par la volonté d’Éric Vu-An, 54 ans. Cette étoile internationale de l’autre siècle issue de l’Opéra de Paris s’est reconvertie en directeur artistique de ballet à Nice, où le maire Christian Estrosi lui confia, en 2009, la mission de relever le niveau tombé bien bas. Ce dont s’est exécuté, non sans succès public, M. Vu-An : mais à quel prix ?