Que peut la littérature par temps d’épidémie?

Par

« Dans les ruines du futur. » Voilà comment le romancier Don DeLillo décrivait le monde post-11-Septembre, incapable d’imaginer l’avenir. Vingt ans après, avec une intensité décuplée, la pandémie nous lance un même défi. Qui va avoir la main sur le récit de ce qui s’est passé ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Il venait d’un endroit qui était tout autant défini par ses coordonnées géographiques, par le revenu moyen de ses habitants, son taux de chômage, que par son absence de récit… », écrit Jakuta Alikavazovic dans son roman L'Avancée de la nuit. Ce livre publié en 2017 peut se lire comme un roman de l’impasse narrative, entre un monde qui finit et un autre qui commence. La couverture du livre, une chambre sans vue mais avec un lit défait, un drap sur son occupant, dos tourné, et un oiseau en attente préfigure les semaines de confinement que nous venons de vivre.