Al-Ula ou comment l’Arabie saoudite achète la culture française

À travers l’aménagement de ce site colossal pour des dizaines de milliards de dollars, Riyad met en place un vaste partenariat avec la France. En complicité avec les structures et les artistes, la culture devient un cheval de Troie géopolitique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Impossible de manquer l’affiche gigantesque devant l’Institut du monde arabe (IMA) : « Al-Ula : Merveille d’Arabie », titre de l’exposition organisée jusqu’au 8 mars. Le terme saoudite n’est pas accolé à celui d’Arabie : pour ne pas effrayer le visiteur parisien ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal