Nils-Udo, contre l'effacement de la nature

Par

L'artiste allemand Nils-Udo expose à Paris. Son travail, en prise directe avec la nature, invite à une éthique de l'attention et du soin comme recours au productivisme qui désole l'environnement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amer. Tel semble être aujourd'hui l'état d'esprit de Nils-Udo, cet artiste allemand né en Bavière en 1937, qui a fait de la nature le cœur de son travail. La cause de cette amertume? Les assauts silencieux de la pollution, de l'exploitation, de la destruction opérée sans retours par la civilisation. «Le contact entre l'homme et la nature s'est définitivement perdu. Devant mes photos, certains spectateurs sont parfois incapables de distinguer les arbres des brins d'herbe. Notre rapport à la nature est devenu presque exclusivement productif, fondé sur une exploitation qui induit une esthétique du dépérissement. L'appauvrissement et la dévastation, voilà notre mode de médiation avec la nature aujourd'hui.»