A Sarajevo, le centenaire de 14-18 ravive les plaies d'une histoire disputée

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin Et Simon Rico

Jusqu'au 3 juillet, une avalanche de manifestations commémore dans la capitale de Bosnie-Herzégovine le centenaire de la Première Guerre mondiale. Les historiens serbes sont absents, tout comme les officiels de Belgrade, et les critiques se multiplient en Bosnie. En cause: de profonds désaccords historiques et la situation actuelle de la région, angle mort de l'Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sarajevo, de nos envoyés spéciaux.   Toute cette semaine et jusqu'au 3 juillet, Sarajevo est « au cœur de l’Europe », selon le nom de l’ambitieux programme de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale largement financé par l’Union européenne (lire la boîte noire de cet article). Dans cette liste assez peu cohérente, on trouve des colloques scientifiques, des expositions, un concert de la Philharmonie de Vienne, et même une surprenante course à vélo financée par l’ambassade de France (la compagne de l'ambassadeur est une ancienne championne du monde de cyclisme)… Sans oublier l'inévitable Bernard-Henri Lévy qui a réussi à faire inscrire au programme officiel sa pièce Hôtel Europe, dont la première sera donnée le 27 juin au Théâtre national de Sarajevo.