Kamel Daoud: «J’échappe à toute nationalité en écrivant»

Par et

Rencontre avec Kamel Daoud, qui publie un choix de ses chroniques (2010-2016) : Mes indépendances (Actes Sud). Retour sur l’Algérie métaphorique, le terrorisme apocalyptique, la religion colérique, l’homme archaïque, la femme fantasmagorique, la frénésie numérique. Et l’urgence de penser librement…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Algérie demeure un sujet inépuisable, pour tous les coups de gueule, de sang et de cœur. Un tel sillon est exploré au scalpel par l’écrivain et journaliste Kamel Daoud, 47 ans – donc né après 1962. Sous le titre Mes indépendances (Actes Sud), il réunit quelque 180 chroniques parues entre 2010 et 2016, en majorité dans Le Quotidien d’Oran.