«La Fayette, nous voilà!»

Par Jean-Christophe Piot

Difficile de trouver une phrase illustrant avec plus de force la longue amitié entre la France et les États-Unis. En associant l’arrivée en France des premières troupes américaines en 1917 à la mémoire du marquis de La Fayette, l’Oncle Sam envoie alors un message d'entraide clair. Une noble déclaration qui n’a qu’un inconvénient : elle n’a jamais été prononcée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

6 avril 1917 : passablement agacés par la manie qu’a la marine impériale de couler leurs navires marchands dans l’Atlantique, les États-Unis entrent en guerre contre l’Allemagne de Guillaume II, rejoignant ainsi la France, le Royaume-Uni et la Russie dans la Grande Guerre. En juin 1917, les premiers convois de soldats américains quittent New York pour la France – un premier contingent de 15 à 20 000 sammies, placés sous l’autorité du général « Black Jack » Pershing et accueillis à bras ouverts par une population française épuisée par trois longues années de guerre.