«La Dernière France», aventures en bibliothèque brune

Par

Le héros du roman de Jacques Jouet fait un héritage inattendu : une bibliothèque d’extrême droite « très complète ». Que faire de cette collection ? Réponses romanesques à un débat qui a agité le monde éditorial cet hiver.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Dernière France est tout sauf un livre crépusculaire. Son exergue : « Tu sais pas la dernière ? (expression française) » prévient obligeamment le lecteur qui se serait trompé de crèmerie ; il ne risque guère de trouver chez Jacques Jouet, oulipien, auteur du mémorable Le Cocommuniste (2014), les clichés rances et rebattus dans lesquels se vautre une certaine littérature contemporaine, engageant à la déploration nationale. Il s’agira ici, au contraire, de leur faire pièce, car c’est là un des enjeux pour le monde d’aujourd’hui (la dernière France en date) : un tel constat ne va pas sans un désespoir lucide et joyeux.