« Où le sang nous appelle » : Super souris, vous voilà ?

Par

En un roman à quatre mains, Chloé Delaume et Daniel Schneidermann parlent d’amour, de mort, de survie, de famille décomposée-recomposée, du risque et de l’écriture. Des bords de Loire et du Liban. Ils parlent aussi de vengeance d’État. De Georges Ibrahim Abdallah, 30 ans de prison, le tonton de Chloé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samedi 26 octobre, à Lannemezan, où l’on envoie si souvent les « fins » de très longues peines, surtout lorsque ladite fin est indéterminée, 350 manifestants venus de toute la France réclamaient la libération de Georges Ibrahim Abdallah, militant marxiste chrétien libanais emprisonné depuis trente ans (vidéo de France 3 ici), dont l’arrêté d’expulsion vers le Liban a si bien traîné sur le bureau de Manuel Valls – d'ordinaire plus empressé en la matière – que la libération conditionnelle du détenu en est devenue caduque. À l'appel, entre autres, de la Ligue des droits de l'homme. Trois cent cinquante ce n’est pas beaucoup ? Pour un détenu, et dans les Hautes-Pyrénées, si.