« Les temps durs font des gens durs », déclarait l'ancien dirigeant chinois Zhou Enlai. L'histoire rouge sang de la Chine a enfanté des générations d'artistes engagés, comme Liu Bolin, né en 1973 dans la province du Shandong, ancien assistant du sculpteur Sui Jianguo. C'est en se camouflant à la manière d'un caméléon dans des décors hautement symboliques qu'il dépeint les rapports de domination entre l'individu et les pouvoirs politiques et économiques. Exposé à la galerie Paris-Beijing et à Toulouse pour le festival Made in Asia, Liu Bolin, habitué à rester dans l'ombre de son œuvre, nous a accordé un entretien pour lever son masque pictural, en V.O. sous titré: