Hédi Kaddour : « Les Prépondérants » ou le dernier temps des colonies

Qu’est-ce qu’un bon film, se demande l’un des personnages des Prépondérants, sinon « deux heures d’illusions pour ne laisser d’illusions à personne ? ». Ce pourrait être aussi la définition de l’ample et décapante fresque historique que publie Hédi Kaddour, où une bande de colons vit suspendue aux années 1920.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

« J’ai voulu écrire un roman-monde » : l’ambition littéraire des Prépondérants est énoncée dès le début de l’entretien qu’Hédi Kaddour accorde à Mediapart (voir la vidéo en fin d'article). Saisir une époque – le début des années 1920 – dans un récit qui tienne de la fresque et de la saga, emporter le lecteur dans un tourbillon de passions, le conduire de l’Afrique du Nord à l’Europe et retour, en empruntant bateau et trains. Et, sous les allures d’un grand roman classique, dynamiter un certain nombre de représentations (littéraires comme politiques). Hédi Kaddour a le sens de la formule : « Si on s’amusait à résumer Les Prépondérants, ce serait l’irruption de Gatsby le magnifique dans l’univers des frères Tharaud » – soit Hollywood débarquant dans un protectorat français du Maghreb pour y tourner un film, Le Guerrier des sables, provoquant un séisme dans un univers colonial fonctionnant jusque-là en vase clos, un séisme et ses répliques. Avec l'arrivée des Américains à Nahbès, « voilà un triangle qui devient de la dynamite, si vous me permettez ce mélange de métaphores », comme le déclare Ganthier, l'un des colons français.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Violences sexuelles
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Parlement — Analyse
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
France — Parti pris
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Culture-Idées — Entretien
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi