LREM, un an après la victoire

Lors de la présidentielle et des législatives de 2017, le mouvement initié par Emmanuel Macron a profondément bouleversé le paysage politique français, reléguant loin derrière le PS et Les Républicains. Un an après, La République en marche (LREM) peine encore à transformer l'essai : sa structuration est encore défaillante et le président du groupe à l'Assemblée Richard Ferrand a du mal à s'imposer face aux contestations montantes.

La République en marche, un parti toujours en travaux

Par et
Christophe Castaner pendant son discours, à Lyon en novembre 2017, lors de sa désignation comme délégué général de LREM. © ES Christophe Castaner pendant son discours, à Lyon en novembre 2017, lors de sa désignation comme délégué général de LREM. © ES

Constitué pour soutenir la campagne électorale d’Emmanuel Macron, le parti LREM cherche encore son modèle pour trouver un ancrage local. La perspective des municipales de 2020 représente le plus grand défi pour ce jeune parti, encore très dépendant des bénévoles.

Richard Ferrand, l’homme qui ne voulait pas être là

Par et
Richard Ferrand et Emmanuel Macron, le 10 décembre 2016. © Reuters/Benoit Tessier Richard Ferrand et Emmanuel Macron, le 10 décembre 2016. © Reuters/Benoit Tessier

Issu de l’aile gauche du PS, Richard Ferrand s’est converti à « l’approche techno-libérale » au contact d’Emmanuel Macron. Depuis un an, ce fidèle du président, patron malgré lui d’une majorité qui le critique, doit gérer les velléités frondeuses qui animent ses troupes. Portrait d’un macroniste qui se verrait bien ailleurs.

Dans le XIXe, à Paris, la recomposition politique à petits pas

Par
Delphine O, députée LREM, tracte au marché de la place des Fêtes, le 17 juin 2018. © MJ Delphine O, députée LREM, tracte au marché de la place des Fêtes, le 17 juin 2018. © MJ

Après la cuisante défaite du PS aux législatives de 2017, chaque parti politique tente de se faire une place dans cette circonscription historiquement à gauche. Face à La France insoumise et aux socialistes encore présents, LREM travaille ses réseaux plus que le terrain.