Au Tatarstan, à la veille de l’élection russe

République frondeuse dans les années 1990, le Tatarstan s’est plié à la « verticale du pouvoir » moscovite, renonçant à son statut spécial et devenant l’une des vitrines économiques russes. À la veille de l’élection présidentielle, ses dirigeants ont promis de faire un triomphe à Poutine. Notre série de reportages.

Le Tatarstan, ce sultanat électoral au service de Poutine

Par
Vladimir Poutine au Tatarstan. À droite, le président tatar Roustam Minnikhanov. 25 janvier 2018. Kazan © Kremlin.ru Vladimir Poutine au Tatarstan. À droite, le président tatar Roustam Minnikhanov. 25 janvier 2018. Kazan © Kremlin.ru

République frondeuse dans les années 1990, le Tatarstan s’est plié à la « verticale du pouvoir », renonçant à son statut spécial et devenant l’une des vitrines économiques russes. À la veille de l’élection présidentielle, ses dirigeants ont promis de faire un triomphe à Poutine.

Le Kremlin relègue au second rang la langue tatare

Par
Une table ronde organisée à Kazan en défense de la langue tatare. © A. D. Une table ronde organisée à Kazan en défense de la langue tatare. © A. D.

Depuis novembre 2017, l’enseignement du tatar, langue officielle avec le russe de cette riche région pétrolière, n’est plus obligatoire dans les écoles. Cette décision imposée par Poutine ébranle le « modèle tatar » de coexistence pacifique entre les nationalités.

Au Tatarstan, le Kremlin encourage un islam traditionnel et patriotique

Par
Vladimir Poutine rencontre les muftis de la région et les représentants de l'Académie islamique, le 25 janvier 2018 à Kazan. Vladimir Poutine rencontre les muftis de la région et les représentants de l'Académie islamique, le 25 janvier 2018 à Kazan.

République musulmane à 54 %, le Tatarstan vante son modèle de coexistence pacifique, sous l’œil attentif de Moscou. Mais derrière la vitrine d’un islam traditionnel et tolérant, une répression féroce touche les musulmans les plus radicaux.

Russie: bienvenue à Innopolis, la vitrine high-tech du Tatarstan

Par
innopolismaquette

Grâce à la manne pétrolière, le Tatarstan s’est imposé comme la deuxième région la plus innovante de Russie après Moscou. À 40 km de Kazan, une ville a poussé au milieu de nulle part. Son université forme des spécialistes de hautes technologies dans un décor flambant neuf. Très loin des préoccupations politiques du moment.