Au Tatarstan, le Kremlin encourage un islam traditionnel et patriotique

Par

République musulmane à 54 %, le Tatarstan vante son modèle de coexistence pacifique, sous l’œil attentif de Moscou. Mais derrière la vitrine d’un islam traditionnel et tolérant, une répression féroce touche les musulmans les plus radicaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kazan (Russie), envoyée spéciale.-  Ahmed, c’est ainsi qu’il veut qu’on l’appelle, est arrivé avec l’intention de nous montrer les principaux lieux saints de Kazan. À pied et par – 15 °C ! Armé d’une canne, et affichant un sourire avec des dents en or, le septuagénaire est enthousiaste à l’idée de faire découvrir la richesse de sa ville natale, qui compte une dizaine de mosquées, des synagogues, des églises orthodoxes et luthériennes, et même un « Temple de toutes les religions » rendant hommage à 19 croyances, une étrange construction que l’on aperçoit du train en arrivant à Kazan. La lubie inachevée d’un architecte qui figure aujourd’hui au programme des visites touristiques, et qui symbolise le multiconfessionnalisme et la tolérance revendiqués.