Le Tatarstan, ce sultanat électoral au service de Poutine

République frondeuse dans les années 1990, le Tatarstan s’est plié à la « verticale du pouvoir », renonçant à son statut spécial et devenant l’une des vitrines économiques russes. À la veille de l’élection présidentielle, ses dirigeants ont promis de faire un triomphe à Poutine.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Kazan (Russie), envoyée spéciale.– Roustam Minnikhanov, le président tatar, a déjà annoncé le score qu’obtiendra Vladimir Poutine dans sa région, le 18 mars prochain. « Plus de 80 % des Tatars ont déjà fait leur choix. Ils approuvent et soutiennent sans équivoque la politique et les nombreuses actions de Vladimir Vladimirovitch », a-t-il déclaré début décembre, avant même que la course électorale ne soit lancée. Puis à la mi-février, Farit Mukhametchine, le président du Conseil d’État (le parlement régional) a pris le relais, se disant « convaincu » que la riche République nationale située à 800 km à l’est de Moscou, peuplée de 3,8 millions d’habitants – 53 % de Tatars majoritairement musulmans et 39 % de Russes – allait une fois de plus montrer l’exemple, avec « un fort taux de participation ». « C’est l’une des plus importantes traditions [du Tatarstan] », a-t-il précisé, ajoutant que des efforts devraient être déployés pour mobiliser la jeunesse. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique économique — Analyse
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Amériques — Note de veille
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Entretien
Sexisme : la streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement
La joueuse en ligne est régulièrement victime de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux et les plateformes de diffusion, depuis qu’elle a dénoncé les propos sexistes d’un streamer. Elle en témoigne dans un entretien vidéo.
par Lénaïg Bredoux et Youmni Kezzouf