Scandale du chlordécone : « Le combat continue »

À la suite du non-lieu prononcé dans l’enquête sur l’empoisonnement des Antilles au chlordécone, Harry Durimel, maire écologiste de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et avocat historique des victimes, a annoncé son intention de faire appel et revient pour Mediapart sur les conséquences délétères de cette décision.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 2 janvier dernier, un non-lieu a été prononcé à la suite de l’enquête sur l’empoisonnement des écosystèmes au chlordécone, un pesticide abondamment utilisé dans les bananeraies de 1972 à 1993 en Guadeloupe et en Martinique.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal