Néonicotinoïdes : un camouflet européen pour la France

C’est un arrêt qui fera date dans l’histoire des pesticides. Jeudi 19 janvier, la Cour de justice européenne a confirmé l’interdiction des néonicotinoïdes sous forme de semences enrobées. Un camouflet pour la France, qui s’apprêtait à prolonger leur réintroduction dans la culture de betteraves.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un camouflet cinglant pour l’exécutif. Alors que Marc Fesneau, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, avait annoncé en décembre vouloir prolonger la dérogation à l’interdiction des néonicotinoïdes dans la culture de betteraves, se faisant le porte-voix des lobbies du secteur et de l’industrie sucrière, la justice européenne vient de lui donner tort : ces insecticides tueurs d’abeilles ne peuvent bénéficier d’une dérogation s’ils ont fait l’objet d’une interdiction préalable. Et ce, même si les cultures sont menacées d’une épidémie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal