La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes

À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après la Cop27, voici la Cop15, convention des Nations unies pour la biodiversité, qui se tiendra à Montréal, au Canada, du 7 au 19 décembre prochain. Cette convention fait l’objet de discussions intenses depuis deux ans pour tenter de freiner un aspect crucial et souvent négligé de la crise écologique : la détérioration de la biodiversité, ce que l’on appelle la « sixième extinction » des espèces.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal