Au cœur de la nouvelle crise sociale (1/3) - A Sandouville et Cléon, Renault en panne

Par

Ici, l'automobile est reine. Le long de la Seine, entre Rouen et Le Havre, Renault a deux usines. Les sous-traitants de l'automobile sont légion. La nouvelle crise sociale a touché de plein fouet cette partie de la Normandie industrielle. Mediapart est allé voir dans les usines, où l'activité est comme arrêtée. Aujourd'hui, premier volet de notre série en trois actes: visite chez Renault, à Sandouville (Le Havre) et à Cléon (Rouen). On n'y travaille plus que deux à trois jours par semaine. Certains perdent déjà de l'argent. Et ils s'inquiètent pour 2009. Y aura-t-il un nouveau plan de départ au printemps? Reportage.

Texte et photos : Mathieu Magnaudeix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ne lâcheront pas et tant pis si on les prend pour des fous. D'irréductibles va-t-en-guerre qui rêvent encore de contrecarrer le plan de départ de la direction. Les militants CGT de Sandouville (Seine-Maritime) appartiennent plutôt à la catégorie des acharnés. Régulièrement, depuis la rentrée de septembre, ils convoquent conférences de presse et organisent cortèges devant l'usine. «On ira jusqu'au bout pour sauver l'emploi», disent-ils.