Plombé par un scandale au Cameroun, le groupe BPCE veut quitter l’Afrique

Par

Le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne a décidé de se désengager du continent africain après la découverte d’une affaire de détournements de fonds.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son plan stratégique 2014-2017, le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne (BPCE) prévoyait « d’accélérer » son « internationalisation », expliquant vouloir « se mettre en mesure de saisir des opportunités de développement en banque de détail à l’international, notamment en Afrique subsaharienne ». Joignant le geste à la parole, son patron, François Pérol, avait fait en septembre 2014 une mini-tournée africaine : il s’était rendu dans deux pays où le groupe possède une filiale, le Cameroun et la République du Congo, puis il était allé en Côte d’Ivoire, où se profilaient d’intéressantes perspectives. « Nos échanges ont porté sur nos projets de développement dans la région, à commencer par la Côte d'Ivoire », avait-il déclaré après une rencontre avec le président ivoirien Alassane Ouattara.