Paradis fiscaux: vers une liste noire en trompe-l’œil

Par

L’Union européenne dévoilera mardi 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux non coopératifs. Mais déjà les pressions politiques et la volonté de préserver les États membres nuisent fortement à la crédibilité de la démarche. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce mardi 5 décembre 2017, l’Union européenne devrait présenter sa nouvelle liste des paradis fiscaux. Cette liste avait été annoncée début novembre comme une forme de réponse politique à la publication des Paradise Papers, qui avait à nouveau dévoilé une part de l’immense industrie de l’optimisation fiscale. Cette liste diffère en théorie des précédentes dans la mesure où elle doit se fonder sur des critères transparents et objectifs. Trois critères ont ainsi été retenus en s’appuyant sur les travaux de l’OCDE : « l’équité fiscale » pour lutter contre les taux d’imposition nuls ou très bas, la transparence qui contient notamment l’échange automatique d’informations et enfin la participation aux normes de luttes contre l’érosion de la base fiscale et du transfert des bénéfices (dites normes BEPS).