La «conférence d'Iéna», grand-messe sociale aux résultats incertains

Par

La grande conférence sociale, promise par François Hollande pendant la campagne, pour lancer les réformes sociales aura lieu les 9 et 10 juillet au Palais d'Iéna, à Paris. Les premières divergences apparaissent déjà.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sous Nicolas Sarkozy, les sommets sociaux étaient organisés à l'Élysée. Syndicats et représentants du patronat arrivaient en début d'après-midi, mais personne ne savait à quelle heure la réunion prendrait fin. Dans un climat qui pouvait être tendu, Nicolas Sarkozy se moquait de l'une (malgré la proximité idéologique, Laurence Parisot, la patronne du Medef, était sa bête noire), complimentait un autre, en fonction de son humeur et des circonstances politiques. À la fin, le conseiller social Raymond Soubie réunissait les journalistes pour une longue mise au point off the record dont le but à peine dissimulé était d'ensevelir les médias sous un flot d'éléments de langage.