Dominique Andolfatto et le déclin du syndicalisme: «Les syndicats ont déserté les entreprises»

Par

Sept syndicats sur huit ont appelé, mercredi 7 octobre, à une journée de mobilisation. Force ouvrière, qui réclame une grève de 24 heures, s'est désolidarisée de cette journée d'action, la sixième en 2009. Pour Dominique Andolfatto, politiste et coauteur de Toujours moins! Déclin du syndicalisme à la française, de telles journées sont des «rituels pleins de bons sentiments» qui illustrent le «divorce» avec les salariés. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dominique Andolfatto (Université de Nancy) et Dominique Labbé (Institut d'études politiques de Grenoble) ont publié ensemble plusieurs ouvrages sur le syndicalisme dont une Histoire des syndicats, parue au Seuil en 2006. Poil à gratter du monde syndical, ils ont longuement enquêté sur les effectifs des centrales, qu'ils considèrent largement surestimés (voir sous l'onglet Prolonger). Leur dernier ouvrage est un essai, volontairement polémique. Toujours moins! dépeint un syndicalisme «en déclin», à rebours des thèses qui le voient reprendre un peu de vigueur. D'après eux, les syndicats ont «déserté» le terrain depuis trente ans et feraient mieux de se recentrer sur la défense des salariés s'ils veulent retrouver des adhérents. Entretien avec Dominique Andolfatto, coauteur de l'ouvrage.