«VIX», l’indice de la peur, plane sur Wall Street

Par

Le monde financier spécule depuis dix ans sur le VIX, appelé “indice de la peur”. Il évalue la volatilité des marchés, censée indiquer les hausses et les baisses futures, les crises à venir. Aujourd’hui, il est désigné comme le grand responsable de la déroute de Wall Street, survenue le 5 février et encore à l'œuvre jeudi 8 février.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La crise financière de 2008 avait mis en lumière la créativité financière. En quelques semaines, le monde avait découvert les subprimes, la titrisation, et tous les titres obscurs (CDO, CDS, ABS, etc.) au centre de l’effondrement financier. Dans les prochaines semaines, il est fort possible qu’un autre sigle, le VIX [pour volatility index- indice de volatilité],  se retrouve au centre des conversations. Il est déjà désigné comme le principal responsable de l’effondrement boursier qu’a connu Wall Street lundi 5 février, qui s'est amplifié le 8 février.