Libre-échange: les opposants au CETA préparent leurs dernières cartouches

Par

L’accord de libre-échange avec le Canada peut-il encore dérailler ? Alors qu’un panel d’experts français juge que le CETA « manque d’ambition » sur l’environnement et s’inquiète de ses silences sur le climat, les ratifications ont déjà commencé dans les capitales des 28. Plus que sur la France, les adversaires du traité misent sur la Belgique, l’Autriche et les Pays-Bas pour enrayer le processus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles (Belgique).-  Si Emmanuel Macron espérait apaiser les inquiétudes liées au traité de libre-échange avec le Canada (CETA) grâce à ce rapport, c’est raté. Le panel de neuf experts, mis sur pied le 5 juillet, a rendu le 7 septembre un rapport plutôt critique sur le fond, mais modeste dans ses recommandations, sur le CETA (à lire en intégralité en bas de page). Conformément à la promesse de campagne du candidat Macron, ces universitaires, emmenés par l’économiste Katheline Schubert (Paris-I, PSE), ont planché sur les effets à venir de ce traité de libre-échange dans trois domaines : le climat, l’environnement et la santé.