Chez Safran, le procès collectif de la discrimination syndicale

Par

Pour la première fois, une action de groupe porte sur les injustices de carrière et de salaire que subissent les syndicalistes. Soutenue par le Défenseur des droits et par une méthodologie approuvée par la Cour de cassation, la CGT vise Safran Aircraft Engines (ex-Snecma).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’audience a beau être prévue pour ne durer qu’une toute petite heure, les enjeux qu’elle soulève sont majeurs, et sont surveillés de près par le patronat comme les syndicats. Mardi 8 septembre, dans l’après-midi, se tient au tribunal judiciaire de Paris le procès de la première action de groupe (l’équivalent français des « class actions » américaines) en matière de discrimination. La CGT a porté plainte contre Safran Aircraft Engines (SAE, ex-Snecma), et entend faire reconnaître aux juges l’existence de discriminations systémiques contre ses élus dans l’entreprise.