Caisses d’épargne 3. Le désastre du subprime

Par
En participant, avec les Banques populaires, à la création de Natixis, la direction des Caisses d'épargne avait assuré que cette aventure vers les marchés financiers était le gage de son expansion future. Las! L'Ecureuil a en réalité connu des déconvenues en série. Notamment à cause d'une filiale qu'elle a apporté dans la corbeille de mariage, CIFG, une société de réhaussement de crédits fortement concernée par la crise américaine des subprimes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un penchant ancien du capitalisme français. Longtemps protégé des grands chocs de la mondialisation, il a adopté les règles du capitalisme anglo-saxon avec parfois les excès et l’aveuglement des nouveaux convertis. Des outrances du Crédit Lyonnais et de sa filiale Altus Finance dans les années 1980, jusqu’à la fuite en avant de Vivendi Universal au début des années 2000, en passant par l’engouement pour les stock-options, l’histoire économique récente fourmille d’embardées de ce type. Et sans doute notre histoire des Caisses d’épargne s’inscrit-elle dans cette filiation.