La monnaie comme lien social

À l’occasion de la sortie, le 11 janvier, d’un ouvrage collectif aux éditions du Seuil, La Monnaie. Un enjeu politique, rédigé par cinq Économistes atterrés, deux des auteurs expliquent en quoi les enjeux liés à la monnaie demeurent fondamentaux pour l’économie contemporaine.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

La monnaie n’est plus guère l’objet d’une discussion de fond depuis plusieurs années. On parle beaucoup de « politique monétaire », organisée par les banques centrales, ou de mouvements des différentes devises, mais rarement de la nature de la monnaie et des présupposés théoriques qui accompagnent – et expliquent – ces mouvements et soubresauts. Il n’y a là rien de surprenant dans la mesure où, dans la pensée économique classique dominante aujourd’hui, la monnaie est un élément neutre des échanges et toute la politique monétaire ne devrait donc viser qu’à rétablir cette neutralité en faisant correspondre l’offre de monnaie aux seuls besoins du marché.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

L’éco à contre-courant

À la Une de Mediapart

Pouvoir d'achat — Reportage
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Politique
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Écologie
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Gouvernement
Pour Matignon, le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani