Le bilan calamiteux des états généraux de la presse

Par

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes dresse un bilan très sévère des trois ans de politique de générosité envers les fleurons de la presse écrite. L'institution appelle à repenser la logique et la méthode de distribution des aides.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Feu sur les aides à la presse. Dans son rapport annuel, rendu public ce mardi matin, la Cour des comptes juge avec une grande sévérité le soutien apporté par l’État à la presse écrite depuis 2009. Cette année-là, les conclusions des états généraux (auxquels Mediapart a refusé de prendre part, lire ici) voulus par Nicolas Sarkozy, censés sauver le secteur et le pousser à se réformer, ont conduit à une explosion des dépenses en direction des groupes de presse. Un soutien trop cher, inefficace et mal ciblé, juge aujourd’hui la Cour, qui tire le premier bilan d’ensemble (ici en PDF) de la politique née des états généraux. Sur trois ans, les résultats sont désastreux : « Il est urgent de conduire une réforme structurelle de la politique d’aide à la presse écrite », de « maîtriser le coût budgétaire de cette politique » et de « clarifier la stratégie d’intervention de l’État », préconise le rapport.