Une usine en France: les chausse-trapes de la reprise pour les «Sapag»

Par

Mediapart s’attache au sort des « Sapag », salariés de l’usine Pentair, à Ham dans la Somme. La fermeture de leur entreprise pourrait être enclenchée fin septembre, mais deux repreneurs potentiels se sont manifestés. Les syndicats et les salariés, laissés à l'écart du processus, craignent un repreneur aux reins trop fragiles, et la fermeture à retardement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le groupe Pentair, propriétaire de la robinetterie de Ham dans la Somme, souhaite fermer d’ici à l’année prochaine un site industriel objectivement rentable, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 28 millions au-dessus de son objectif en 2015, possède 60 millions d’euros en trésorerie et peut se targuer d’une marge brute à 18 %. Cet été, des intérimaires sont même venus en renfort à Ham pour répondre au carnet de commandes. Mediapart vous a déjà raconté le début de l’histoire en mars dernier. Car, en fermant le site de Ham, le groupe Pentair laisse 133 salariés sur le carreau, les transformant comme des milliers d'autres en « restructurés économiques ».