Triple A: une dégradation déflagration

La perte de son triple A par la France est loin d’être anodine : tous les moyens économiques de l’Etat sont attaqués. Les répercussions risquent d’être immédiates sur les finances publiques, les entreprises telles que la SNCF et les collectivités locales. La dégradation est autant politique qu’économique : la présidence de Nicolas Sarkozy se termine sur une triple faillite, économique, politique et diplomatique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est tout sauf une surprise. Depuis deux mois, la France vit dans l’attente du jour où Standard & Poor’s annoncera sa dégradation et la perte du fameux triple A. Sans attendre le communiqué officiel de l’agence de notation, le gouvernement français a préféré prendre les devants et faire fuiter l’annonce lui-même au milieu de l’après-midi de vendredi. Parmi les pays de la zone euro mis sous surveillance, la France et l’Autriche sont donc appelées à être dégradées d’un cran pour être notées AA+.  Les notations de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, tous trois notés triple A, restent inchangées, tout comme celle de la Belgique, notée AA.
Après avoir soutenu pendant un an qu’il fallait tout faire pour sauver le triple A, « notre trésor national » selon l’expression d’Alain Minc, et justifié notamment la réforme des retraites au nom de la sauvegarde de cette notation, Nicolas Sarkozy a minimisé l’importance de cette dégradation à partir du moment où elle lui semblait inévitable. « Ce serait une difficulté supplémentaire mais ce ne serait pas insurmontable », avait déclaré le chef de l’Etat début décembre dans un entretien au Monde. Une façon de banaliser l’événement, avant même qu’il ne survienne.
En appui de la démonstration, François Baroin et Valérie Pécresse, respectivement ministre des finances et du budget, insistaient sur la quasi-insignifiance de la décision de Standard & Poor’s. La même agence de notation n’avait-elle pas dégradé les Etats-Unis en juillet ? Pourtant, jamais le gouvernement américain ne s’est financé avec des taux aussi bas depuis, ont-ils expliqué à plusieurs reprises. Ils omettaient juste de souligner que les Etats-Unis, première puissance mondiale, restaient le dernier refuge dans un monde totalement déstabilisé par la crise de la zone euro.
« Ceux qui prétendent qu’il ne se passera rien le jour où la France perdra son AAA se trompent complètement », avait pourtant averti Philippe Mills, directeur général de l’agence France Trésor, dans un entretien aux Echos en novembre. La mise en garde de cet acteur clé, chargé de gérer au jour le jour la dette française, portait sur les conséquences économiques. Mais les répercussions politiques risquent d’être tout aussi importantes (lire l'analyse de François Bonnet), tant sur le plan intérieur que sur le plan européen. Même si Standard & Poor’s reste pour l'instant la seule agence à dégrader la France, le mal est fait.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean