Embrouilles secrètes et galipettes financières autour du «Monde»

Par

Le banquier Matthieu Pigasse prétend n’avoir cédé que 49 % de ses parts au sein du groupe Le Monde. Mais selon nos informations, un deal secret a été conclu au terme duquel le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky lui a aussi consenti un prêt.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand ils avaient pris le contrôle du groupe Le Monde, à la fin de l’été 2010, Xavier Niel (propriétaire de Free), Matthieu Pigasse (la figure de proue de la banque Lazard) et Pierre Bergé (le cofondateur d’Yves Saint Laurent, décédé le 8 septembre 2017) l’avaient répété sur tous les tons : leur investissement a d’abord un but citoyen, et vise à assurer la survie du plus grand quotidien français. Dans un pays où la presse n’a pas la légitimité démocratique dont elle dispose en d’autres pays et où les milliardaires peuvent s’acheter un titre comme s’il s’agissait d’une « danseuse », le message avait été accueilli avec beaucoup de scepticisme. Mais les trois hommes d’affaires alliés avaient tellement insisté que beaucoup avaient fini par penser qu’il faudrait juger les nouveaux patrons de presse à leurs actes.