Procès UBS : le spectaculaire revirement de la cour d’appel

La cour d’appel de Paris a considérablement réduit la sanction d’UBS poursuivie pour « complicité de fraude fiscale aggravée », en ramenant la peine de 4,5 à 1,8 milliard d’euros. Le jugement repose sur un raisonnement bancal qui pourrait torpiller toute poursuite contre la fraude fiscale.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’était le pari d’UBS et il a réussi, peut-être au-delà de ses espérances. Poursuivie pour « complicité de fraude fiscale aggravée » et « démarchage bancaire illicite », la banque suisse est parvenue en appel à retourner la décision. La cour d’appel de Paris, qui avait reporté son jugement de trois mois, a condamné le 13 décembre l’institution financière suisse à payer à une amende de… 3,75 millions d’euros. Cette amende est assortie de la confiscation d’un milliard d’euros déjà déposé en caution, et de 800 millions d’euros de dommages et intérêts.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal