Avec le couvre-feu, l’ordre marchand redevient la priorité

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans doute l’époque nous réduit-elle à devoir faire des mauvais choix. La circulation du coronavirus ne semble pas maîtrisable et l’intégralité des techniques utilisées semble être vouée à l’échec. L’annonce d’un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures par Emmanuel Macron pourrait simplement entrer dans cette catégorie du « moindre mal », où l’on tente de minimiser les risques tout en sauvegardant ce que l’on appelle ordinairement « l’économie ». L’urgence impose sans doute des contraintes parfois difficilement supportables pour beaucoup.