A Marseille, faire la grève chez Sodexo, c’est risquer la porte

Par

En novembre, le géant de la restauration collective licenciait dix-neuf salariés à Marseille qui avaient initié et poursuivi une grève alors qu'un accord de fin de conflit avait été signé avec les délégués du personnel. Deux mois plus tard, la direction annonce qu'elle est prête à les réintégrer s'ils abandonnent leurs procédures en justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est une grande victoire. Après deux mois de combat, la direction centrale plie et annule les licenciements. Sur les dix-neuf licenciés, onze vont être réintégrés, il s’agit de ceux qui en ont émis le souhait. Sept autres ne veulent plus entendre parler de l’entreprise après ces événements et iront au bout de la procédure en justice ou négocieront avec l’avocat un chèque avec la direction. Quant au 19e, Yvon Caprice, qui était délégué syndical CFDT, donc salarié protégé, sa réintégration est entre les mains de l’Inspection du travail. » Délégué syndical central CGT, Gilles Sevilla a signé ce vendredi soir avec la direction des ressources humaines France du groupe Sodexo un «accord de fin de conflit» annulant les licenciements de dix-neuf de ses collègues, employés de la cuisine centrale de Marseille.