Saint-Gobain cède Lapeyre à un fonds d’investissement controversé

Par

Le groupe français veut céder sa filiale à la société allemande Mutares, en laissant dans les caisses 245 millions d’euros. Problème : l’acquéreur a déjà participé à des ventes similaires puis siphonné les réserves des entreprises concernées, avant qu’elles ne fassent l’objet d’une liquidation judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est peu dire que l’histoire sociale française est pavée de mauvais coups. Avec la montée en puissance d’un capitalisme financier qui cherche des profits ultrarapides et fait du social la principale variable d’ajustement, on a même vu, au cours des deux ou trois dernières décennies, certains états-majors d’entreprise ou actionnaires faire preuve d’une inventivité spectaculaire pour piétiner méthodiquement le Code du travail ou les droits sociaux, afin de se délester d’une force de travail dont ils ne voulaient plus.